Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 98

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 325

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 98

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 325

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 98

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 325

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 98

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 325

Cynique, blasée, désespérée: modèle d’une lettre de motivation


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 98

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/0/d427578599/htdocs/wp-content/plugins/seo-smart-links/seo-links.php on line 325

22 thoughts on “Cynique, blasée, désespérée: modèle d’une lettre de motivation

  • J’ai beaucoup aimé en te lisant !
    Quasiment dans la même situation que toi (diplomée, master 2, domaine médiation culturelle), je ne trouve pas de 1er travail : manque d’expérience, pas de diplome spécifique (histoire de l’art, guide…) !
    Je meurt d’envie d’envoyer ce genre de lettre aux employeurs !
    Donc bien joué, et merci de redonner le sourire !

    • Bon courage à toi aussi alors. Que ce soit dans le journalisme ou dans la culture, même combat !
      Contente de t’avoir fait sourire, ma lettre aura au moins servie à quelque chose !

  • long, ennuyeux, prétentieux, la mienne est mieux… suffit pas d’être “journaliste” pour avoir de l’esprit.

    • Long? Peut-être mais rien ne vous force à lire jusqu’au bout.
      Ennuyeux? Peut-être, ça ne parle que de moi, je comprends que l’on ne se sent pas forcément concerné.
      Prétentieux? Encore une fois, le manque d’ironie de certaines personnes m’exaspère. Je ne suis pas une petite prétentieuse, au contraire, si vous aviez compris l’ironie de ma lettre, vous auriez de ce fait compris que j’ai seulement essayé de mettre un peu d’humour et de cynisme afin de relativiser les refus et les déceptions qui animent ma recherche de stage.

      D’ailleurs, je ne vois pas pourquoi le mot journaliste est mis entre guillemet ? Je ne vois pas non plus pourquoi vous pensiez qu’il suffisait d’être journaliste pour avoir de l’esprit.

      Et si la votre est mieux, j’en suis bien contente pour vous. J’espère que vous avez eu plus de réponses positives que moi.

      Pour le coup, votre commentaire est plutôt prétentieux. Je ne cherchais à rabaisser personne mais il semble que ça ne vous dérange pas de le faire. Bravo.

  • Vous vous ridiculisez sur le dernier gros paragraphe, quand une amie à vous décroche un stage que vous n’avez pas eu.

    “si je ne suis pas pris, je souhaite une réponse argumentée”… lol, c’est finis l’école ma grande, on est pas là pas pour te dire en quoi ton niveau faible transpire de ton écriture.

    Vous semblez fière de placer du langage soutenue comme “je n’en ai point”, “des marronniers”‘… abrégez Madame abrégez…

    Ce n’est pas bien écrit, tout simplement.

    Je fais donc suivre ces commentaires et ma propre lettre à Backchich, j’en connais une qui va encore se faire doubler…

    Si vous ne me publiez pas en commentaires, ils le sauront, et vous passerez vraiment pour une provinciale qui mérite de le rester.

    • Je ne vois pas en quoi il est ridicule de demander pourquoi on n’est refusé dans une rédaction. Je suis curieuse, monsieur. Je n’ai POINT besoin de vos “ma grande” condescendant pour me donner des conseils.
      Je ne suis pas fière d’un langage soutenu quelconque et vous vous fourvoyez grandement avec le mot “marronniers” qui n’est pas soutenu du tout mais plutôt un terme de jargon journalistique…

      Si la lettre n’est pas bien écrite, je vous ai néanmoins amené à lire jusqu’au bout…

      Également, vous apprendrez que de me critiquer directement vers Bakchich ne vous aidera pas. Je ne suis en compétition avec personne. Le journalisme n’est pas un monde individualiste mais un monde d’entraide et de solidarité. Je vois que vous n’avez encore rien compris.

      Et merci pour cette petite menace à la fin. Comme vous, et là j’utilise votre langage soutenu, je dirai : “lol”

      • “je ne suis en compétition avec personne”

        Alors pourquoi essayer de vous montrer plus maligne que les autres avec cette lettre, qui d’ailleurs entre en compétition avec d’autres. Si vous participez à un jeu, vous en acceptez les règles.

        “J’ai décroché un entretien donc c’est plutôt positif comme retour! Le journaliste a beaucoup rit apparemment.”

        On aurait aimé des chiffres (taux de retour), du feedback de pro, des images (photo du contrat)…

        “le mot “marronniers” qui n’est pas soutenu du tout mais plutôt un terme de jargon journalistique…”

        oui, mais pour vous, le jargon sonne “soutenu” parce que pas maitrisé et peu naturel.

        “Si la lettre n’est pas bien écrite, je vous ai néanmoins amené à lire jusqu’au bout… ”

        j’entends toujours ce genre de réflexion, comme si réussir à faire lire un texte jusqu’au bout (l’infliger) à quelq’un était déjà un exploit, une preuve d’un début de talent. Il n’en est rien. J’ai par ailleurs lu celui-ci en diagonale. Trop long, pas assez percutant. Parmi les réponses, j’ai aussi le classique “si t’aimes pas taka pa lire). C’est d’un bête.

        “Si vous êtes jaloux du concept, avouez-le (ça vous grandira). ”

        Moi je trouve que la violence, la vraie, se cache dans ce genre de petite réflexion, vue dans d’autres commentaires.

    • Et cette réponse est ridicule.
      C’est empli de frustration. On hésite entre le sourire de compassion, et la moue de résignation.

      L’absence de justification, l’aspect direct du rejet, et le ton faussement arrogant démontre un manque absolu et objectif d’impartialité dans le jugement. Cela vous discrédite.

      Quant à la conclusion, elle atteste de votre médiocrité (c’est par les combines et les menaces que vous cherchez à prendre l’ascendant, vous ne démontrez aucune supériorité sur le fond).

    • je ne comprends pas l’intérêt de ce post :
      1- il ne donne aucun conseil, il ne fait qu’être odieux et hautain, donc vous fait paraître pour quelqu’un de tel.
      2- il transpire le mépris et la jalousie, et donne ainsi une idée du type d’être humain que vous pouvez être.
      3- Il est mal écrit, et très franchement, pour quelqu’un qui veut “doubler” la demoiselle, c’est quelque part, très mal parti.
      4- il n’y a aucune justification de cette haine gratuite, et de fait, ce post paraît répugnant.

      bref, expliquez-vous, justifiez-vous, si vous avez des conseils à donner, faites-le, mais faites-le vraiment, sans méchanceté gratuite et sans cette pédanterie qui semble plus que déplacée. Si la lettre de (dé)motivation vous déplait tant, argumentez (la critique pour la critique n’est pas une argumentation). Si vous êtes jaloux du concept, avouez-le (ça vous grandira). Présentez-vous, dites-nous un peu qui vous êtes, ce que vous êtes, et ce qui vous permet de parler de la sorte…
      Bref, vous gagneriez en crédibilité en étant un peu moins limité dans vos réponses, et en vous justifiant mieux.

      Un futur journaliste ? et bien bon courage, Monsieur.

      • AH oui, et j’oubliais, ce post là aussi (le miens), vous l’enverrez à Backchich ?! non, parce que sinon, ce ne serait vraiment pas digne d’un journaliste, de cacher une partie des informations ….

  • Bonjour !

    C’est par l’intermédiaire d’une amie commune et par la magie des réseaux sociaux que je me retrouve sur ton site, Nastasia, et je dois t’avouer que je suis ravi de voir un aussi joli parcours pour une camarade historienne. Bien qu’ayant moi aussi changé de voie, je suis également fier de ma licence d’histoire dijonnaise !

    Alors, je lis cet article, et je lis les réponses qui l’accompagnent…

    Qu’on ne se méprenne pas : ce n’est pas mû par un esprit corporatiste que je prends la parole, mais plutôt pour avouer mon effarement sur les réactions provoquées par ce billet. Sur quatre réponses, deux personnes viennent t’agresser de manière parfaitement gratuite, ce qui a le don de m’agacer profondément.

    Alors quoi, messieurs ? Vous craignez tant que ça son arrivée sur le marché journalistique que vous estimez nécessaire de venir cracher un peu de venin par ici ? Si encore vous preniez le temps de lui filer un ou deux conseils plutôt que de la menacer – d’une bien ridicule manière, par ailleurs.

    Bref, que les gens aigris se multiplient, c’est un fait, et on ne peut clairement pas plaire à tout le monde ; en tout cas, c’est une lettre suffisamment originale pour qu’elle ait des chances de faire mouche, alors je te souhaite bon courage et bonne chance pour tes recherches !

    Et par ailleurs, si je peux y aller de mon petit conseil : plutôt que “Ps : Si, à tout hasard, un quelconque CV vous intéresse, je peux toujours vous l’envoyer par courriel.”, n’hésite pas à y aller plus ouvertement : “PS : A toutes fins utiles, vous trouverez ci-joint mon CV.”, ce qui évitera un échange de mail supplémentaire et fera gagner du temps aux deux partis.

    Au plaisir !

    N. S.

    • Merci pour ce commentaires chaleureux ! Bonne chance à toi aussi.
      Et pour le ps, je n’avais que la page contact pour envoyer ma demande donc je ne pouvais rien joindre!

      • Reconnaissons que nos initiales respectives sont assez facilement identifiables, ma petite A. !

        Et entre nous, ce n’est pas la peine de me remercier… face à des gens aussi hargneux, il convient de se serrer les coudes, non ?

        Bien à toi !

        N. S.

    • Franchement, c’est qui ce Noel ! Je suis sur le cul ! Pour parler en langage soutenu ! En passant, ce Noel qui se permet de faire des remarques sur “ton faible niveau qui transpire de ton écriture” ! Qu’il aille apprendre à écrire lui-même sans fautes de grammaire ! Je lui ferais gentiment remarquer moi-même – car j’adore cela relever les fautes de grammaire, d’orthographe et de syntaxe, sauf pour moi-même évidemment, je m’en donne d’ailleurs à coeur joie ici en Russie où je suis lectrice de français ! – qu’il ne sait pas écrire correctement :

      “C’est finis l’école ma grande, on est pas là pas pour…” : c’est vraiment très vilain ça !
      C’est fini ………………………… on N’est pas ……………..
      Et encore la phrase suivante : du langage SOUTENU ! Sans E s’il vous plait !
      Sans parler de la typographie et de la ponctuation (et là c’est l’éditrice que j’aimerais devenir qui parle, mais vu comme c’est dur de trouver des stages, c’est loin d’être gagné !)

      “Une provinciale qui mérite de le rester”, là c’est le pompon ! Je ne trouve même pas les mots pour critiquer toute la bêtise contenue dans cette phrase !

      Donc, Nastia, j’espère que ce genre de bassesses te rend plus forte, et ne te fait pas trop désespérer du genre humain, on est vraiment entouré de cons ! Clin d’oeil à Sam !

      Au passage, je m’excuse pour ce commentaire décousu, je l’ai écrit à chaud, d’un seul jet, mes doigts sur le clavier n’arrivent pas à suivre les idées qui se bousculent dans ma tête tellement je suis énervée par ce que je viens de lire. Je suis outrée, mais malheureusement, je n’ai pas l’intelligence ni le talent pour répondre à de tels comportements ! Je ne trouve ni les arguments, ni les mots, et j’admire les gens qui savent le faire avec finesse et talent !

      Bon sang, dans quel monde vit-on…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *